SNCF : un appel d’offres pour le Wi-Fi dans le TGV

Alors que tous les usagers du TGV se languissaient de pouvoir bénéficier un jour du Wi-Fi dans les trains, Axelle Lemaire annonce qu’un appel d’offres sera lancé par la SNCF.

Le Wi-Fi dans les trains français est un sujet récurrent. À la fin 2010, la SNCF annonçait que les usagers du TGV Est disposeraient d’un accès Wi-Fi par l’intermédiaire du service Box TGV, facturé 4,99 euros l’heure, et que la généralisation de ce service était prévue.

Cette initiative a fait long feu vu qu’en 2013, le ministère des Transports a déclaré : « En raison des exigences techniques, équiper un TGV en Wi-Fi requiert, du fait de la vitesse du train, la mise en œuvre de solutions plus élaborées que celles utilisées pour équiper un lieu public. […] En l’état, ces coûts ne permettent pas de trouver un modèle économique autorisant un déploiement de cette offre de service sur l’ensemble des liaisons TGV à très court terme ».

Tweet-Axelle-Lemaire
Tweet d’Axelle Lemaire

Rebelote en octobre 2014, lorsque Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du numérique, interpelle la SNCF sur Twitter avec un message qui disait : « Toc toc toc, la SNCF : on peut se voir pour discuter WiFi dans le train? Merci d’avance! 😉 ».

Ce tweet semble avoir fait bouger les choses vu que ce vendredi 2 janvier 2015, au micro de France Inter, vendredi 2 janvier, Axelle Lemaire annonce que la SNCF allait lancer un appel d’offres en février pour installer le Wi-Fi dans ses rames.

À cette occasion, la secrétaire d’État chargée du numérique explique « espérer que la récente hausse des tarifs de la SNCF inclura le coût du déploiement du Wi-Fi » et précise que l’entreprise ferroviaire allait lancer un plan numérique en février, une initiative qui comprendra un appel à projets pour des technologies permettant d’avoir du Wi-Fi dans les TGV.

Cette annonce relance donc l’espoir de pouvoir un jour utiliser du Wi-Fi fiable dans les rames de TGV. Malheureusement, aucune date n’est donnée pour le moment.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSamsung : Tizen arrive sur les téléviseurs
Article suivantAutomobiles : les 10 meilleures ventes de 2014

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. J’étais en Finlande au mois de juin (2014), pays de 5 millions d’habitants. J’ai voyagé d’Helsinki à Tampere (140 km) avec mon ordinateur. Certes, le Wifi du train n’était pas des plus rapides, avec de brèves interruptions, mais il fonctionnait et était gratuit.
    Je conçois que ce soit plus difficile dans le cas du TGV. Mais quelle mollesse de la part de la SNCF d’offrir ce service dans un pays douze fois plus peuplé, la cinquième économie mondiale, une pépinière de talents techniques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here