Après 42 000 km, Solar Impulse 2 boucle son tour du monde sans carburant

En se posant à Abou Dhabi, Solar Impulse 2 a bouclé son tour du monde par étape. Ce long voyage de 42 000 km n’a pas utilisé la moindre goutte de carburant.

C’est pour démontrer qu’il est possible de faire le tour du monde en avion sans utiliser la moindre goutte de carburant que Solar Impulse 2 avait décollé d’Abou Dhabi le 9 mars 2015. À l’origine, il était prévu que le périple de 35 000 kilomètres à une vitesse comprise entre 50 et 100 m/h, en douze étapes, dure jusqu’à la fin juillet/début août, avec 25 jours de vol effectif entrecoupés d’escales. Tout ne s’est pas véritablement passé comme prévu vu que c’est ce mardi 26 juillet, avec pratiquement une année de retard, que Bertrand Piccard s’est posé sur l’aéroport Al-Batten d’Abou Dhabi pour boucler le tour du monde de l’avion solaire expérimental.

C’est à 4 h 5 (2 h 5 heure de Paris) que l’avion s’est posé près de la capitale des Émirats arabes unis, après avoir parcouru 42 000 kilomètres sans avoir consommé la moindre goutte de carburant. Parti d’Abou Dhabi, il a fait escale à Mascate (Oman), Ahmedabad et Varanasi (Inde), Mandalay (Birmanie), Chongqing et Nanjing (Chine), Nagoya (Japon), Hawaï, San Francisco, Phoenix, Tulsa, Dayton, Lehigh Valley et New York (États-Unis), Séville (Espagne), Le Caire (Égypte) avant d’atterrir à nouveau à Abou Dhabi. C’est suite à la traversée du Pacifique, la plus longue étape avec ses 8 924 km, que Solar Impulse 2 a dû être immobilisé plusieurs mois à Hawaï.

Un avenir propre

À son arrivée à Abou Dhabi, Bertrand Piccard a lancé son slogan : « L’avenir est propre ». « C’est tellement passionnant de voler à bord d’un avion qui ne fait pas de bruit, pas de pollution », a raconté le pilote à des journalistes. « On pense que c’est de la science-fiction, mais en fait c’est la réalité aujourd’hui ».

« C’est un jour historique, non seulement pour vous, mais l’humanité », a dit Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, alors qu’il était en discussion avec le pilote suisse lorsqu’il survolait les eaux du Golfe.

Des records et des premières à profusion

Dès la seconde étape, celle reliant Mascate (Oman) à Ahmedabad (Inde), Solar Impulse a battu un premier record en parcourant 1 465 km. Au terme du périple, ce record a été pulvérisé à plusieurs reprises.

En bouclant son tour du monde sans carburant, Solar Impulse 2 a réussi une première mondiale pour un avion solaire. En traversant l’Atlantique (6 765 km), Bertrand Piccard devient le premier à traverser l’Atlantique de cette manière. André Borschberg, l’autre pilote de l’avion expérimental, entre aussi dans la légende pour être le premier à avoir traversé le Pacifique, mais aussi en tant que détenteur de la plus longue distance parcourue aux commandes d’un avion solaire (8 924 kilomètres parcourus en un peu moins de 5 jours et 5 nuits).

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here