Une solidarité sans Doodle de Google pour la Journée mondiale des réfugiés

Google affiche clairement sa solidarité avec la Journée mondiale des réfugiés, mais sans aller jusqu’à proposer un Doodle.

Habituellement, Google célèbre une Journée mondiale en proposant un Doodle spécifique sur son moteur de recherche. Tant google.com que google.fr n’affichent rien ce lundi 20 juin 2016 à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés. Cela ne signifie pas pour autant que la firme de Mountain View n’est pas solidaire, bien au contraire.
Bien qu'aucun Doodle ne soit proposé pour la Journée mondiale des réfugiés, Google affiche sa solidarité
Comme le démontre Jacquelline Fuller, directrice de Google.org, dans un billet publié sur le blog officiel de Google France, le géant du web affiche sa solidarité avec cette journée. Dans son mot, elle fait référence au vécu de Walaa.

Alors qu’il avait envoyé une photo de protestation contre les violences perpétrées dans sa ville de Jairoud, en Syrie sur les réseaux sociaux, il a eu droit à trois mois de détention. Désormais réfugié en Grèce, dans un camp de réfugiés près de la frontière macédonienne, Jacquelline Fuller témoigne en citant l’exemple de ce jeune homme, de comment il a utilisé internet pour se refaire une vie. En utilisant YouTube, il a par exemple appris l’anglais, ce qui lui permet de servir de représentant et d’interprète aux membres de sa communauté. De la même manière, il compte maintenant apprendre le grec.

Un accès à l’information primordial

En cette Journée mondiale des réfugiés, le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a annoncé que pas moins de 65,3 millions de personnes ont dû quitter leur foyer ou leur pays en raison des guerres et des persécutions en 2015. Le message de Google pour cette journée est que l’accès à l’information et à l’éducation est essentiel pour ces personnes pour les aider à acquérir de nouvelles compétences.

C’est ainsi que, l’automne dernier, Google avait incité à contribuer à une campagne de collecte de fonds pour permettre aux réfugiés d’accéder à une aide humanitaire de base et aux moyens nécessaires pour établir le contact avec leur nouvel entourage. Depuis, l’entreprise de Mountain View propose un pôle d’information en ligne en collaboration avec l’International Rescue Committee, mais propose aussi des outils plus concrets comme les cartes de traduction pour les travailleurs présents sur le terrain. L’entreprise californienne a aussi noué un partenariat avec NetHope pour installer du Wi-Fi à moindre coût dans des camps de réfugiés, ce qui leur donne accès à l’instruction à travers l’université de Kiron, un établissement d’enseignement à but non lucratif qui propose des cours en ligne adaptés à leurs besoins.

Dans son billet, Jacquelline Fuller ne souligne pas seulement les efforts de Google auprès des réfugiés, elle appelle également à apporter du soutien concret aux organisations qui leur viennent en aide sur le terrain. Elle rappelle aussi que tout le monde peut se montrer solidaire en utilisant le hashtag #worldrefugeeday sur les réseaux sociaux, mais aussi en continuant à faire des dons.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe machine learning de Google s’installe en Suisse
Article suivantPour une histoire de brevet, la fin des ventes de l’iPhone 6 en Chine ?
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here