Sondage – Smartphones : quelle est l’importance du capteur photo ?

Les capacités photographiques des smartphones sont au cœur des préoccupations des fabricants d’appareils, mais qu’en est-il du côté des utilisateurs ?

Avec des capteurs qui ne cessent de s’améliorer en résolution, des performances qui ne cessent de s’accroitre au niveau de la capture d’image en basse luminosité ou encore les outils photographiques de plus en plus complets, les fabricants de smartphones misent gros sur l’aspect photographique de leurs appareils. Est-ce justifié ?

Face à tous ces efforts, est-ce que les utilisateurs sont demandeurs de toutes ses fonctionnalités ? C’est ce que tente de répondre un sondage réalisé en ligne sur internet.

C’est ainsi qu’à la question : « que demandez-vous à l’appareil photo de votre smartphone ? » :

  • 49.4% des personnes répondent « Une réactivité à toute épreuve, même en basse lumière : un autofocus réactif et un enregistrement rapide de l’image ».
  • 42% préconisent « Que mon smartphone puisse remplacer en toutes circonstances mon compact photo »
  • 41.5% souhaitent « Un bon rendu avant tout, je me fiche des options photo, car je ne les utiliserai pas »
  • 25.6% se contentent de « Une définition suffisante pour imprimer mes fichiers si je le souhaite »
  • 24.1% veulent « Un déclencheur physique »
  • 16.3% avouent « La définition m’importe peu, mes photos ne finissent que sur les réseaux sociaux. Mais je veux un bon niveau de détails et un rendu homogènes »
  • 15% désirent « Une interface riche, proche d’un vrai APN avec modes, montée ISO, options, filtres, etc. »

Les résultats de ce questionnaire sont éloquents, les appareils photo numériques ont de quoi, se faire du souci les utilisateurs comptent bel et bien se focaliser sur leur smartphone en tant qu’appareil photo.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple vs Samsung : la guerre reprendra le 19 novembre
Article suivantSmartphones : êtes-vous aussi vissé à votre téléphone 2 heures par jour ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here