Sonde Rosetta : premières photos de la comète Tchourioumov-Guérassimenko

Alors que la sonde Rosetta est toujours à la poursuite de la comète Tchourioumov-Guérassimenko, elle vient d’envoyer de premières images.

Partit de la Terre en 2004, ce n’est que dans quelques mois que Rosetta sera à proximité de la comète Tchourioumov-Guérassimenko. D’ici là, c’est une course poursuite qui est engagée entre les deux.

Alors que Rosetta se situe maintenant à moins de deux millions de kilomètres de la comète Tchourioumov-Guérassimenko, elle voit déjà très bien la queue de la comète faite de poussière de glace. C’est cette trainée qui apparait sur les premiers clichés envoyés par la sonde.

Alors que la comète se situe à environ 610 millions de kilomètres du soleil, Tchourioumov-Guérassimenko pourrait être qu’un petit un point lumineux devant un champ d’étoiles, c’est justement cette traînée mesurant plus de 1 300 kilomètres de long qui orne la comète et permet de l’identifier en zoomant bien.

D’ici au mois d’août et à l’envoi d’un atterrisseur sur la comète, il est certain que d’autres clichés spectaculaires seront envoyés par Rosetta.

La sonde Rosetta est partie en 2004 à la rencontre de la comète Tchourioumov-Guérassimenko.
La sonde Rosetta est partie en 2004 à la rencontre de la comète Tchourioumov-Guérassimenko.
La comète 67P/ Tchourioumov-Guérassimenko, entouré d'un halo gazeux, est visible en bas à droite de l'image.
La comète 67P/ Tchourioumov-Guérassimenko, entouré d’un halo gazeux, est visible en bas à droite de l’image.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBentley se fait sa pub avec des iPhone 5S
Article suivantPlay Store : ouverture partielle aux paiements par PayPal

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here