Sony : comment transformer son smartphone en appareils photo de qualité ?

Les smartphones ne cessent pas de grignoter des parts de marché aux appareils photo. Alors, pourquoi ne pas améliorer la qualité photographique des smartphones par un accessoire ?

Lutter contre l’inexorable démocratisation des smartphones semble désormais impossible. Ce problème est d’autant plus insoluble pour les fabricants d’appareils photo qui voient croitre une sacrée concurrence. Si une des solutions consiste à continuellement améliorer l’offre des appareils hybrides et de reflex, Sony envisage d’explorer une autre piste.

En effet, en proposant les « DSC-QX10 » et « DSC-QX100 », Sony ne compte pas proposer de nouveaux appareils, mais des accessoires universels pour smartphones. Ces deux produits sont en fait des objectifs révolutionnaires pouvant se greffer sur n’importe quel smartphone, qu’ils soient sous iOS ou Android.

Équipé d’un capteur, d’un déclencheur, d’un zoom et d’un port microSD, ils se fixeront directement au dos des smartphones en étant connectés au téléphone par Wi-Fi ou NFC. Avec ces accessoires, c’est le smartphone qui sert de boitier pour la gestion, la retouche et la diffusion des clichés.

Le principe imaginé par Sony est donc d’améliorer la qualité photographique des smartphones sans appareil supplémentaire, une qualité actuellement accessible que par les appareils numériques de moyenne gamme.

Pour ce qui est des caractéristiques exactes des « DSC-QX10 » et « DSC-QX100 », de leurs prix et de leurs dates de commercialisation, il faudra attendre la présentation officielle de Sony, une levée de rideaux qui pourrait intervenir dans les jours à venir.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUbuntu Edge : ce smartphone est mort-né
Article suivantMandela.is : le réseau social Nelson Mandela
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here