Sony : lourde perte = restructuration drastique

En raison de méventes synonymes de pertes financières, Sony a annoncé une restructuration drastique de ses activités, avec des licenciements et la cession de son activité PC.

Actuellement, Sony est au creux de la vague avec des résultats financiers mitigés. Malgré la mévente d’une partie de ses appareils électroniques grand public, le géant japonais a terminé dans le noir avec un bénéfice net de 11,17 milliards de yens (81 millions d’euros). Reconnaissant une phase difficile, Sony a décidé d’appliquer un plan drastique.

C’est ainsi que le géant de l’électronique a annoncé ce jeudi que 5 000 emplois passeront à la trappe, dont 3 500 à l’étranger. Par ailleurs, sa division PC, faute de rentabilité, sera cédée à un fonds d’investissement japonais.

Alors que cela faisait près de 20 ans que Sony était entré sur le marché des PC, la cession de sa division PC s’assimile à une sortie par la petite porte. La montée en puissance des tablettes numériques et des smartphones laminent le marché des PC, ce qui a précipité la chute des ventes au point que cette activité est depuis plusieurs mois déficitaire. Sony a donc décidé de la céder.

Alors que ces restructurations vont peser lourd sur le prochain exercice financier de Sony, une mauvaise nouvelle se profile déjà à l’horizon vu que la division des téléviseurs n’est également plus rentable. Étant le cœur de métier de la firme japonaise, cela pose un véritable casse-tête aux dirigeants du groupe. Si rien n’est pour le moment annoncé au sujet de ce secteur, l’épée de Damoclès semble pourtant déjà planer…

Sony cède son activité PC, prévoit une lourde perte et va supprimer 5.000 postes
Sony cède son activité PC, prévoit une lourde perte et va supprimer 5.000 postes

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAmazon : un rachat de Double Helix qui rime avec console de jeu
Article suivantGuerre des brevets : au tour d'Apple de se faire attaquer par IPCom

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here