Sony ne veut pas abandonner son activité téléviseur

Bien que dans le rouge depuis dix ans, Sony ne compte pas pour autant abandonner son activité téléviseur.

Le fait que Sony décide de placer l’activité téléviseur dans une société séparée aurait pu laisser penser que les jours de cette division étaient comptés alors que cela fait dix qu’elle est dans les chiffres rouges. En fait, pas du tout.

Cette séparation vise avant tout à donner plus d’indépendance à ce domaine d’activité, à lui laisser plus de liberté et à lui rendre un certain dynamisme.

Le message de Kazuo Hirai, le PDG de Sony, est très clair à ce sujet : « Il est nécessaire de poursuivre la fabrication de téléviseurs ». Il préciser que « créer une société séparée ne signifie pas la volonté de s’en défaire un jour. »

Il ajoute que « la situation du secteur n’a pas changé et reste difficile, pour Sony qui ne propose pas de produits électroménagers, le téléviseur est l’appareil qui lie l’entreprise aux familles. »

Preuve que cette stratégie pourrait être payant, Sony annonce que l’activité téléviseur pourrait être dans le vert durant l’exercice actuel, ce qui serait la première fois en onze ans.

Alors que Kazuo Hirai s’interroge sur les appareils électroniques qui sont aujourd’hui devenus des consommables, il considère que la solution réside dans des investissements pour développer des produits faciles à utiliser, mais dont les spécifications soient élevées et l’esthétique léchée afin que les clients « s’y attachent et aient envie de les montrer à leurs amis. »

L’idée de Sony va donc être de créer des produits à forte valeur sentimentale. Il cite en exemple le récent walkman NW-ZX2, un produit très onéreux à la finition soignée et à la qualité haute résolution qui « touche la sensibilité » des audiophiles.

En y réfléchissant d’un peu plus près, la stratégie énoncée par Kazuo Hirai ressemble comme deux gouttes d’eau à celle d’Apple.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEst-ce que le studio Framestore Montréal va créer 100 emplois supplémentaires ?
Article suivantPinterest : un avenir en tant que géant du cybercommerce ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here