Sony se serre la ceinture du côté d’Ericsson

Sony annonce ce lundi la suppression de 1 000 emplois en Suède, sur son site de Lund hérité d’Ericsson.

C’est en 2012 que Sony avait racheté les 50% détenu par l’équipementier en télécoms suédoises Ericsson dans la société Sony-Ericsson. C’est comme cela que le géant japonais de l’électronique emploie 2 200 personnes, dont 400 consultants, sur son site de Lund, sud de la Suède.

Mis à mal par une abondante concurrence sur le marché des téléphones portables, Sony Mobile avait annoncé 1 000 suppressions d’emploi, un chiffre qui a été revu à la hausse à 2 200 personnes en février dernier. Ce lundi, la firme annonce que 1 000 postes de travail seront supprimés à Lund, sans communiquer de calendrier exact.

Lasse Årling, un porte-parole du syndicat des ingénieurs suédois (SI), a indiqué à l’AFP que Sony mobile a annoncé la nouvelle aux salariés ce lundi matin.

C’est en déclarant que « Nous allons planifier une réduction des effectifs d’au total 1 000 personnes, salariés et consultants compris » lors d’une conférence de presse que le directeur général de Sony Mobile, Bengt Arne Molin, a officialisé la nouvelle.

Alors que cette division de Sony a enregistré à elle seule une perte de 1,2 milliard de dollars au dernier trimestre 2014, son objectif est de réduire ses effectifs de 30%, pour tomber aux alentours de 5 000 salariés.

Dans ses propos, Arne Molin précise que le site de Lund resterait « très très important pour le groupe ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInstagram : les annonceurs français arrivent
Article suivantAirbus : une commande de 10,8 milliards de dollars pour 55 avions

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here