Soyouz – ISS : mieux vaut tard que jamais

Alors que l’équipage du vaisseau Soyouz TMA-12M aurait dû mettre 6 heures pour rejoindre l’ISS, il aura finalement dû patienter près de 48 heures.

Après avoir quitté la Terre mardi soir en direction de la Station spatiale internationale (ISS), les passagers du vaisseau Soyouz TMA-12M auraient dû mettre six heures pour rejoindre sa destination mercredi matin. En raison d’un incident technique au niveau du vaisseau, l’approche et l’arrimage n’ont pas pu se faire comme prévu.

De fait, sans danger pour les Russes Aleksandr Skvortsov et Oleg Artemiev, et L’Américain Steven Swanson, le vaisseau Soyouz TMA-12M a dû faire une approche longue avant de pouvoir atteindre sa destination.

C’est ce vendredi matin, à 00h53 heure de Paris, que l’équipage russo-américain a pu s’arrimer sans encombre à la Station spatiale internationale, c’est ce que l’agence spatiale russe a officiellement annoncé sur son site internet.

Premier à ouvrir le sas d’entrée de l’ISS, Aleksandr Skvortsov a déclaré « C’est sympa… Il y a beaucoup plus de place ici… » avant d’étreindre l’équipage qui l’attendait.

Il est vrai que d’être confiné dans le vaisseau Soyouz pendant 48 heures au lieu des 6 initialement prévues a dû un peu chambouler leur timing. Mais comme on dit : mieux vaut tard que jamais !

Soyouz : arrimage à l'ISS retardé mais réussi
Capture d’écran montrant le vaisseau Soyouz à quelques mètres de la Station spatiale internationale le 27 mars 2014

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRecherche scientifique : un chromosome de synthèse à base de la levure de bière
Article suivantMicrosoft Office : à l'assaut des iPad !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here