SpaceX lance deux satellites sans récupérer son lanceur

La société SpaceX a lancé dimanche soir deux satellites de communication, mais sans tenter de récupérer le premier étage de son lanceur Falcon 9.

C’est dimanche soir, à 22h50 heure locale (04h50 heure française), qu’un lanceur Falcon 9 de la société américaine SpaceX a décollé de la base de Cap Canaveral en Floride. Deux satellites de communication étaient à son bord, un pour Eutelsat et l’autre pour Asia Broadcast (ABS).

Le lancement s’est fait dans une nuit parfaitement claire, à l’ouverture d’une fenêtre de tir de 44 minutes.

C’est une trentaine de minutes après le décollage que les deux satellites ont parfaitement été déployés. Grâce à leur système de propulsion électrique, ils vont se mettre en place sur une orbite située à 36 000 kilomètres, au-dessus de l’équateur.

Le satellite lancé par Eutelsat devra distribuer des programmes de télévision alors que celui déployé par Asia Broadcast proposera l’accès à internet et à des réseaux de téléphonie mobile dans le monde.

Alors que l’une des grandes inconnues des lancements effectués par SpaceX concerne la récupération du premier étage du lanceur en vue d’une réutilisation, la charge utile transportée lors de ce lancement n’a pas pu permettre une telle tentative de récupération sur sa plate-forme flottante dans l’océan Atlantique. Après que les deux précédentes tentatives aient échoué, il faut donc attendre un autre lancement pour qu’un nouvel essai soit effectué, vraisemblablement lors du lancement d’une capsule Dragon à destination de la Station spatiale internationale (ISS) en avril prochain.

Pour autant que SpaceX réussisse à récupérer le premier étage de son lanceur pour pouvoir le réutiliser plusieurs fois, cela pourrait révolutionner le marché du lancement de satellites au niveau des coûts.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTrois hommes équipés de mains bioniques valides
Article suivantApple Watch : les Français ne voient pas l’utilité d’un tel gadget

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here