Spams : sous la barre des 50%, une première depuis 2003 !

En ne représentant que 49.7% du courrier électronique, le spam est passé sous la barre des 50%, une première depuis 2003.

En 2002, seulement 14,8% des emails échangés étaient du spam. Depuis, le taux n’a pas cessé d’augmenter au point que Symantec, en 2011, affirmait que 90% des échanges électroniques étaient en fait des emails indésirables.

Il semble que la situation tente à se normaliser vu que Symantec annonce que la part de spams s’est élevée à 49,7% pour le mois de juin 2015, c’est-à-dire sous la barre des 50%, ce qui correspond au taux le plus bas depuis 2003 !

Il ne s’agit pas encore de crier victoire trop d’autant plus que les spams représentent toujours près d’un email sur deux. De plus, ce recul reflète en fait une autre tendance, celle de l’augmentation des malwares.

En effet, de 29,2 millions nouveaux logiciels malveillants en avril, leur nombre a passé à 44,5 millions en mai et à 57,6 millions en juin. Quel est le rapport avec le spam ? Simplement que le spam est un outil largement voué à l’escroquerie et que les personnes malintentionnées se tournent vers d’autres solutions vu que le courrier indésirable est désormais largement combattu.

Malgré l’amélioration continuelle des outils de détection des spams, Symantec rappelle que la vigilance reste de mise et qu’il faut demeurer attentif au moment d’ouvrir un email, notamment lorsqu’on est une PME ou TPE, des cibles privilégiées des spammeurs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple vs Samsung : Google, Facebook, eBay et d’autres s’invitent dans leur guerre des brevets
Article suivantLes dernières rumeurs au sujet de l’iPhone 6S

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here