Speed dating : il faut être attentif et ne pas parler de travail

Lorsqu’on souhaite rencontrer l’âme sœur lors d’un speed dating, mieux vaut être attentif et ne pas parler de travail, c’est ce que des scientifiques ont découvert.

Des chercheurs de l’Université de Stanford ont étudié les speed dating dans le but de comprendre les méthodes qui marchent pour créer un certain niveau de relation. Leur étude s’est portée sur 1 000 rencontres réparties sur 20 sessions différentes.

Cette étude révèle tout d’abord que les femmes n’ont rien de spécial à faire pour impressionner les hommes. « En matière de speed dating, les femmes sont les décideuses », explique Dan Jurafsky, professeur de linguistique et d’informatique à l’Université de Stanford.

La réciproque n’est pas du tout vraie.

En effet, il a été constaté que les femmes étaient plus susceptibles d’être impressionnées lorsque l’homme était un bon auditeur, c’est-à-dire qu’il est attentif à ce qu’elle lui dit. Il a aussi été constaté qu’un partenaire potentiel qui commence à parler du travail bloque très rapidement l’attrait qu’il suscite.

« Nous avons constaté que dans les rencontres réussies, les femmes parlent plus sur elles-mêmes alors que les hommes ont montré un soutien et de la sympathie aux problèmes des femmes ».
L’étude explique que les hommes qui s’interrogent sur la réussite d’un entretien devraient prêter attention au ton de la voix de la femme. Si elle s’intéresse, sa tonalité est susceptible de varier, sa voix devenant plus légère, plus haute et plus douce. Elle est également susceptible de rire.

« Être un bon auditeur semble être un bon message à retenir en général », ajoute le professeur Jurafsky.
« Nous savons que les hommes choisissent les femmes qui sont plutôt minces et que les femmes préfèrent les hommes qui sont plutôt grands. La corpulence ne semble pas avoir fait de différence dans cette étude ».

Il a par ailleurs été constaté que les participants à cette étude n’étaient pas bons pour interpréter les intentions de leurs partenaires potentiels.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCERN : le grand collisionneur de hadrons est plus beau que jamais
Article suivantMars : un immense nuage qui intrigue

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here