Stagiaires à la Silicon Valley : un paradis pour les jeunes

Pour autant qu’un jeune sache coder et développer des logiciels, un stage à la Silicon Valley peut s’apparenter au paradis.

Que cela soit Twitter, Facebook, LinkedIn ou eBay, nombreuses sont les entreprises de la Silicon Valley qui proposent des stages aux jeunes, des jobs d’été souvent très bien rémunérés.

Alors que le salaire mensuel moyen d’un ménage américain se situe aux environs de 3 100 euros, ces stagiaires se font souvent proposer une rémunération de plus de 4 000 euros par mois, avec les transports et le logement pris en charge par les entreprises.

Si la Silicon Valley peut être considérée comme un véritable paradis pour stagiaires, il est tout de même nécessaire de savoir coder et développer des logiciels pour espérer accéder à ce jackpot. Ce n’est pas pour rien que les recruteurs de la Silicon Valley fréquentent les compétitions de hacking et autres rencontres de geeks afin de dénicher les perles rares, souvent des jeunes âgés de 15 ou 16 ans.

Pour les embaucher, les directeurs de ressources humaines n’hésitent pas à utiliser tous les arguments en leur possession, comme Microsoft qui organise des concerts, Dropbox qui offre des billets d’avion aux parents pour rendre visite à leur enfant stagiaire ou encore Google qui propose gratuitement massages et service de blanchisserie.

Si vous êtes tentés par un tel stage, il vous reste donc à briller dans les compétitions de hacking et autres rencontres de geeks.

stagiaires-silicon-valley-paradis-les-jeunes-300x168

La rémunération des stagiaires
La rémunération des stagiaires

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGear VR ou la réalité virtuelle selon Samsung
Article suivantAdobe Flash Player : attention, attaque en cour !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here