Steam : la double authentification pour lutter contre le piratage de comptes

Ce sont quelque 77 000 comptes qui sont piratés chaque mois sur la plateforme Steam. Valve part en guerre contre ce fléau en introduisant la double authentification pour les échanges.

La méthode est pratiquement toujours la même. Des hackers prennent le contrôle d’un compte. Ils échangent ensuite les objets avec un complice utilisant un autre compte. Ce dernier va ensuite revendre les objets pour récupérer de l’argent, de l’argent qui sera ensuite investit pour acheter des jeux qui seront finalement revendus sur d’autres plateformes, non officielles. Cette pratique n’est pas rare vu que cela concerne mensuellement 77 000 comptes, soit un piratage environ toutes les 35 secondes.

Un piratage de cette ampleur n’est plus un problème, mais un fléau. Valve a décidé de l’éradiquer de la plateforme Steam en introduisant la double authentification pour les échanges. Appelé « Steam Guard Mobile Authenticator », le dispositif existe en version mobile pour smartphone et desktop. Si un utilisateur ne peut pas, ou ne veut pas, installer le système, un délai de trois jours sera appliqué dans les échanges avant que ceux-ci soient validés. Ce délai va permettre aux victimes de repérer que leur compte a été piraté et de faire le nécessaire auprès de Steam pour que rien ne soit volé.

Il est à noter que ce problème touchant la plateforme Steam a pris une ampleur considérable. En effet, le nombre de piratages de compte a explosé de 2000% en quatre ans. C’est d’ailleurs à se demander pourquoi aucune mesure n’a été prise avant. Enfin si, le délai de trois jours, une mesure unanimement critiquée par tous les joueurs « honnêtes ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa clé Chromecast Audio prend en charge l’audio Hi-Res et le multiroom
Article suivantÊtes-vous antipathique, hypocrite et rempli de cruauté ? Le point final de vos SMS le dira !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here