Steve Jobs : bisbille autour des biopics

Alors que « JOBS » est déjà sorti, tout comme « iSteve », Sony prépare également un biopic sur Steve Jobs, ce qui place le cofondateur d’Apple au centre de l’activité cinématographique.

Une fois n’est pas coutume, si Apple est au centre de l’actualité c’est à cause de l’activité cinématographique entourant Steve Jobs, son emblématique cofondateur décédé en 2011. Il est en effet au centre de plusieurs projets.

Si « iSteve » n’est qu’un film parodique sur Steve Jobs, proposé en ligne, « JOBS » a pour sa part pris tout le monde de court en étant présenté en janvier dernier à la clôture du festival du cinéma indépendant de Sundance. C’est à partir du 16 août qu’il va sortir sur les écrans américains avant de sortir le 21 août en France.

Avec comme fil conducteur une vingtaine d’années de la vie de Steve Jobs, de la création d’Apple dans un garage californien à son retour triomphant à la tête de l’entreprise en 1996, « JOBS » vise plus à glorifier l’inventeur visionnaire qu’à explorer les aspects controversés du personnage. Réalisé par Joshua Michael Stern, sur un scénario de Matt Whiteley, c’est Ashton Kutcher qui s’attèle à la tâche d’incarner Steve Jobs.

Mais, visiblement, « JOBS » ne fait pas que des heureux, à commencer par Sony qui prépare son propre biopic en collaboration avec Steve Wozniak, l’autre cofondateur d’Apple. C’est d’ailleurs lui qui digère mal certaines scènes mettant en avant son sens pratique alors que ce n’était de loin pas le cas pour celui qui était si visionnaire.

La production de Sony pourrait être plus conforme à la réalité vu qu’elle se base sur la biographie officielle de Walter Isaacson. Par contre, il faudra encore patienter, ce projet n’est qu’au stade de l’écriture du scénario.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNoir, argent et or : il faudra s’habituer aux nouvelles couleurs des iPhone
Article suivantBitcoins : la monnaie virtuelle compromise par Android

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here