STOP ! Est-ce que Microsoft arrête la production de smartphones ?

En rachetant l’activité mobile de Nokia en 2014 pour 5,4 milliards d’euros, l’intention de Microsoft était de faire décoller les ventes pour rendre ses smartphones aussi compétitifs que ceux fonctionnant avec Android ou iOS. Le constat est que la firme de Redmond a échoué. Pire, elle semble décidée à dire stop à la fabrication de smartphones.
Avec des ventes qui reculent au lieu de progresser, Microsoft semble dire stop à la fabrication de smartphones
Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon le cabinet Gartner, la part de marché mondial des smartphones sous Windows est passée de 2,5 % à 0,7 % en une année. De plus, l’annonce la semaine dernière de la vente de son activité features phones à HMD Global a été l’occasion de se séparer de 4 500 employés dans la production de téléphones. Aujourd’hui, c’est la disparition de 1 850 postes de travail supplémentaires qui est annoncée, dont 1 350 employés en Finlande de Microsoft Mobile.

Pour se justifier, Satya Nadella, le PDG de Microsoft, déclare : « Nous concentrons nos efforts dans les téléphones là où nous pouvons faire une différence : avec les entreprises qui valorisent la sécurité, la facilité de gestion, et Continuum, ainsi que les consommateurs pour qui ces points comptent ». Ce discours n’est pas sans rappeler le recentrage que BlackBerry évoquait à l’époque de sa crise.

Là où cela devient préoccupant pour la pérennité de l’activité téléphonie chez l’éditeur californien, c’est qu’un délégué du personnel de Microsoft Mobile, Kalle Kiili, a précisé à l’AFP, que « Microsoft ne fabriquera plus d’appareils, du moins pour le moment. Il fera des logiciels, cependant ». En clair, les décisions de ces derniers jours seraient une manière de dire stop aux activités de conception et de production de smartphones.

L’information a été confirmée par l’agence de presse finlandaise STT. Celle-ci a cité Chris Weber, le directeur des ventes d’appareils mobiles.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTwitter va autoriser plus de texte à tenir dans la limite des 140 caractères
Article suivantUn problème de hangar retarde la prochaine étape de Solar Impulse 2
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here