Tablette tactile : jusqu’où ira la guerre des prix ?

Alors que certaines tablettes tactiles, comme les iPad, restent rivées sur le haut de gamme, de nombreux constructeurs se livrent une guerre sans merci sur l’entrée de gamme. Jusqu’où ira cette guerre des prix ?

À l’instar d’Amazon qui a lancé la guerre des prix en proposant ses tablettes tactiles Kindle, de nombreux autres constructeurs se sont engagés dans cette bataille, très loin du haut de gamme représenté par les iPad et autres tablettes de luxe.

Dans cette guerre des prix, Casino semble avoir franchi un nouveau cap en annonçant sa tablette Cdisplay au prix cassé de 49,99 euros !

Fabriquée par le chinois Haier, cette tablette équipée d’un processeur quad-core, d’un écran IPS 7 pouces et d’Android 4.4 Kit Kat aurait été vendue aux alentours de 100 euros si elle avait été directement commercialisée par Haier. Pariant sur le futur, le leader français de l’e-commerce a décidé de la brader au-dessous de son prix de revient en misant sur un retour sur investissement grâce à l’application préinstallée qui redirige les utilisateurs vers le site de Cdiscount.

Par cette initiative, on se rend compte que la gratuité du hardware est pour bientôt, les fournisseurs visant de plus en plus à orienter les clients vers le software. Mais pour cela, il faut pouvoir arriver à fournir du contenu de qualité, ce qui n’est pas encore certain pour Casino qui ne possède pas forcément la même force de frappe qu’Amazon ou autre. Mais une chose est certaine, cette stratégie commerciale semble avoir le vent en poupe.

La tablette Cdisplay sera en vente le 4 septembre.
La tablette Cdisplay sera en vente le 4 septembre.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTéléphonie mobile : les promos de la rentrée scolaire
Article suivantNetflix : succès ou échec en France ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here