Tara Océans : l’espoir de comprendre ce que seront les océans dans 50 ou 100 ans

Quatre ans d’expéditions ont permis de collecter 35 000 échantillons de plancton avec l’espoir de comprendre ce que seront les océans dans 50 ou 100 ans.

Les planctons sont des organismes qui influencent le climat au niveau de la régulation des précipitations par exemple, ce qui signifie qu’il y a une interaction étroite entre la vie planctonique des océans et le climat. Les organismes du plancton génèrent aussi la moitié de l’oxygène que l’on respire. Étudier le plancton est donc quelque chose de très important.

C’est ainsi que, pendant quatre ans, la mission Tara Océans a sillonné toutes les mers du globe afin de collecter 35 000 échantillons de plancton. Ces prélèvements commencent à livrer leurs premiers secrets.

Comme l’explique Chris Bowler, cela a déjà permis aux chercheurs du CNRS, du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et de l’European molecular biology laboratory (EMBL) de répertorier 40 millions de gènes microbiens, gènes dont les deux tiers ont des fonctions qu’on ne connaît pas encore jusqu’à présent.

Le chercheur explique que cela permet d’arriver à une description plus complète des écosystèmes planctoniques, un monde invisible et très difficile à étudier, car les organismes sont tous très petits. La composition de ces écosystèmes a été décrite de la manière la plus complète à ce jour, ainsi que le patrimoine génétique de certains organismes.

Alors que ces organismes sont très sensibles au changement climatique, il va maintenant être possible de faire des prévisions sur l’état de l’océan dans un siècle, de connaitre quels seront les impacts des changements de température, de l’acidification des océans, de la fonte des glaces…

« Avec l’information fournie par l’expédition Tara, nous allons mieux comprendre comment sera l’océan dans 50 ou 100 ans. Mais nous avons encore au moins dix ans de travail devant nous : nous n’avons décrit qu’un millier d’échantillons sur les 35 000 rapportés », confie encore Chris Bowler.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGmail : comment fusionner des e-mails ?
Article suivantEgtved girl : minutieuse enquête sur une femme de l’Age de bronze

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here