Taxe internet : la Hongrie fait marche arrière

C’est en annonçant que « La taxe sur internet ne peut pas être introduite dans sa forme actuelle » que le Premier ministre hongrois Viktor Orban a annoncé que ce projet de loi est retiré.

Le projet avait provoqué de vives manifestations.
Le projet avait provoqué de vives manifestations.

C’est normalement le 17 novembre prochain que le Parlement hongrois aurait dû se prononcer sur un projet de taxe internet. Ce vote n’aura finalement pas lieu vu que le Premier ministre Viktor Orban vient de retirer ce projet de taxe en annonçant que « La taxe sur internet ne peut pas être introduite dans sa forme actuelle ».

Il faut dire que, depuis l’annonce de cette nouvelle taxe, les Hongrois se sont mobilisés contre elle. C’est ainsi que des milliers de personnes avaient déjà protesté dimanche dernier alors qu’ils étaient plusieurs dizaines de milliers de personnes à défiler mardi dans les rues de Budapest. Il s’agit de l’une des plus importantes manifestations depuis que Viktor Orban est arrivé au pouvoir en 2010.

C’est alors que les opposants à cette taxe appellent à une nouvelle « célébration » pour ce vendredi soir, que le Premier ministre hongrois a donc finalement décidé de faire marche arrière.

Il est bon de souligner que cette contestation intervient alors que Viktor Orban a déjà mis en place plusieurs réformes très controversées au niveau des médias et de la justice, mais aussi que la Hongrie est dans le collimateur des États-Unis pour un recul de l’État de droit. Il est par ailleurs à préciser que cette taxe sur internet était sévèrement critiquée par la Commission européenne.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentJailbreak iOS 8 : bientôt une solution en anglais avec Cydia
Article suivantSprout : un PC élégant et original

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here