Technologie : la révolution des nanotubes est en marche

L’ordinateur de demain sera vraisemblablement équipé de la technologie des nanotubes de carbone, une technologie qui devrait remplacer à terme l’actuel silicium.

Cela fait plusieurs années que des chercheurs ont mis en évidence les étonnantes propriétés électriques des nanotubes de carbone, une simple « feuille » d’atomes de carbone enroulée sur elle-même et fermée à ses extrémités par une demi-sphère, excellents conducteurs de l’électricité, 10 000 fois plus fins qu’un cheveu… un remplaçant idéal pour le silicium qui commence à atteindre ses limites.

Si tout semble parfait sur le papier, la réalité des nanotubes de carbone est toute autre avec notamment un processus de fabrication très délicat avec une grosse difficulté à contrôler les « bons » nanotubes semi-conducteurs des « mauvais », dits « métalliques », qui sont de simples conducteurs parasitant le système.

Cela n’a pas empêché Philip Wong et Subhasish Mitra, de l’Université de Stanford, de trouver un moyen de neutraliser ces nanotubes métalliques, ce qui leur a permis de fabriquer une toute première puce à nanotubes de carbone composée de 178 transistors renfermant chacun de 10 à 200 nanotubes.

Cette puce est certes plus que primitive comparativement aux processeurs actuels, surtout qu’elle fonctionne seulement à 1 kHz, mais cela démontre surtout la faisabilité du concept, sans disposer des moyens technologiques et techniques des industries.

D’ailleurs, la communauté scientifique ne s’y trompe pas en saluant la prouesse réalisée par une si petite équipe. Maintenant que le concept est validé, il reste encore à savoir s’il pourra être étendu à une échelle industrielle.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAndroid 4.4 KitKat : vers un passage au flat design ?
Article suivantStreaming musical en ligne : Rdio met la pression

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here