Télécoms : Arnaud Montebourg veut mettre la croise sur le dos de Free Mobile

Si l’arrivée de Free Mobile a provoqué un sacré raffut dans les télécoms françaises, il semble en être de même du point de vue politique.

Si pour les clients que nous sommes, l’arrivée de Free Mobile a été synonyme d’une guerre concurrentielle des tarifs toute à notre avantage, le raffut provoqué par l’arrivée de ce trublion ne s’est pas encore estompé.

Si tous les opérateurs se sont depuis longtemps alignés, les batailles d’intention continuent à faire couler beaucoup d’encre.

C’est ainsi que, mardi soir dans l’émission de Marc Olivier Fogiel sur RTL, Arnaud Montebourg a clairement mis sur le dos de Free Mobile les plans sociaux de SFR, Bouygues Télécom et Alcatel Lucent. En proférant de tels propos, le ministre du redressement productif remet ainsi en cause l’étude de l’ARCEP qui affirme que l’emploi direct dans les télécoms est globalement resté stable, voir en augmentation, malgré l’arrivée d’un quatrième opérateur.

Alors, qui croire ? Le gouvernement ? L’ARCEP ? Une chose est certaine, la mauvaise foi semble être de rigueur face au trublion des télécoms françaises, un trublion qui recommence à semer la zizanie sur le marché français, mais au niveau de la 4G cette fois. Est-ce que cette levée de boucliers généralisée contre Free Mobile ne serait pas simplement la résultante de certains acoquinements entre entreprises et politiques ?

Regardez l’interview d’Arnaud Montebourg. La partie sur Free Mobile commence à 2 min 20s

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe Web 13 : le futur du numérique se discute à Paris
Article suivantInstitut Culturel de Google : inauguration du Lab parisien

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here