Télévision : la France dit oui, non, peut-être à la TV connectée

Alors que la TV connectée est en plein boom dans certains pays, comme les États-Unis, La France reste très dubitative.

Dans certains pays, comme aux États-Unis, la TV connectée tente à s’imposer comme le nouveau pilier du salon numérique. Alors qu’il s’agit d’un effet de mode, la télévision connectée ne semble pas véritablement prendre en France.

Selon une étude réalisée par CCM Benchmark, 91% des personnes interrogées affirment avoir au moins une fois déjà exploité des services internet sur leur téléviseur, alors qu’ils n’étaient que 77% il y a 12 mois. « Oui », l’intérêt semble donc être présent.

Par contre, cette même étude révèle que seuls 9% des sondés possèdent une Smart TV alors que 68% déclarent avoir un téléviseur connecté, ce qui signifie « non », les Français n’ont pas franchi le cap dans 59% des cas.

De fait, cette réticence provient essentiellement du fait que la télévision est perçue comme moyen de détente et non pas comme source d’applications. De fait, à cause de la perception des difficultés techniques inhérentes à la qualité de leur connexion internet, de la complexité des applications et des services, ou tout simplement de la peur du changement, c’est un « peut-être » qui domine actuellement.

Dans ce sens, 32% des personnes interrogées affirment ne pas utiliser de télévision par ADSL, ni de Smart TV au simple motif du manque d’intérêt pour les contenus en streaming.

Pour finir, 40% du panel avoue n’avoir pas l’intention de prochainement acquérir une Smart Tv, ce qui démontre bien que la France est dubitative face à la TV connectée.

Téléviseur connecté, le paradoxe français
Téléviseur connecté, le paradoxe français

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBill Gates : à quoi rime son « faux » départ ?
Article suivantGoogle : 1 milliard d’euros de redressement fiscal ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here