The Witcher 3 – Wild Hunt : ambitions à la baisse synonymes de déception

La déception risque d’être de mise à la sortie de « The Witcher 3 – Wild Hunt ». Malgré les superbes démos dévoilées, la qualité du jeu a été revue à la baisse.

Les démos et des images/vidéos diffusées par le studio polonais CD Projekt RED ont véritablement suscité un réel enthousiasme pour « The Witcher 3 – Wild Hunt », un jeu qui sans conteste l’un des plus attendus de ce printemps 2015. Alors que sa sortie est prévue pour le 19 mai prochain, la déception risque malheureusement d’être de mise.

Attention, il ne s’agit pas de critiquer le jeu à proprement parler, mais surtout de constater que les promesses au niveau de sa réalisation n’ont pas été tenues avec des ambitions techniques qui ont été revues à la baisse par rapport aux démos et des images/vidéos diffusées. En effet, le constat est flagrant pour les testeurs qui ont déjà entre leurs mains la version finale du jeu.

C’est ainsi que Imgur présente des images comparatives entre les promesses et le résultat final. Comme on a l’habitude de le dire, il n’y a pas photo avec une perte de définition des arrière-plans, des murs qui perdent en précision et finesse, des flammes et des effets qui deviennent banals, des jeux de lumière qui perdent en ambiance ou encore de la végétation qui devient moins « naturelle ».

Sans que le studio polonais CD Projekt RED n’explique quoi que ce soit pour le moment au sujet de cette baisse que qualité technique, il faudra encore tester le jeu en lui-même avant de pouvoir le critiquer, ou pas, sur le fond.

Il est simplement dommage pour la crédibilité d’un studio, pour ne pas dire que malhonnête, de faire miroiter un certain niveau de qualité et de ne pas s’y tenir par la suite, sans communiqué au sujet de ce dowgrade qualitatif.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPas d’internet dans le futur palais de justice de Paris
Article suivantKickStarter annonce son arrivée en France

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here