Tim Cook avait suggéré la moitié de son foie pour épargner Steve Jobs

Conformément au livre, disponible dans quelques jours, Steve Jobs a décliné la suggestion de Tim Cook qui lui offrait la moitié de son foie pour une transplantation

Le successeur de Steve Jobs, actuel boss d’Apple, a suggéré à ce dernier la moitié de son foie pour essayer une transplantation qui lui aurait sauvé la vie. Cependant, c’est avec un non catégorique que l’ex-cofondateur d’Apple a répondu.

C’est dans (« Devenir Steve Jobs »), Becoming Steve Jobs, ouvrage prévu avant fin mars, que la petite histoire est relatée. L’ex-patron de la marque à la pomme a tout bonnement décliné l’offre. « Il m’a immédiatement stoppé, avant même que je n’aie le temps d’ouvrir la bouche », relate l’actuel patron du géant de l’informatique dans l’ouvrage écrit par Rick Tetzeli et Schlender. D’après Tim Cook, le cofondateur d’Apple lui a rétorqué : « Je ne te laisserai jamais faire ça. Je ne ferai jamais ça ».

Un groupe sanguin rarissime, mais identique

Selon le livre, Steve Jobs et Tim Cook auraient été compatibles, car ils possédaient le même groupe sanguin malgré que ce dernier soit rare.

Atteint d’un cancer du pancréas, sa vie aurait pu être prolongée avec la transplantation. La prérogative du foie c’est sa capacité d’auto régénération. Donc, avec un donneur sain, une transplantation partielle était habituellement une réussite.

Le refus de la proposition, effectuée en janvier 2009, par Steve Jobs avait étonné Tim Cook : « je lui ai dit : ‘Steve, je suis en parfaite santé, j’ai été contrôlé, voilà le rapport médical. Je peux faire ça sans me mettre en danger’ ».M. Cook enchaîne en précisant que pendant les 13 années qu’il l’a côtoyé, Steve n’a haussé le ton avec lui que quatre ou cinq fois : cette occasion-ci fait partie des rares fois où il est sorti de ses gonds à cause de moi.

C’est finalement au cours de l’année 2009 que Steve Jobs, avec un autre donneur, a accepté la transplantation. Cependant, il décéda à l’âge de 56 ans en octobre 2011.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNASA : quatre satellites pour comprendre le vent solaire
Article suivantMusashi : découverte de l’épave du plus puissant navire de guerre de l’Histoire

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here