Tinder Plus : une version payante selon l’âge qui dérange

Un lançant Tinder Plus, une version payante de son application mobile de rencontres, Tinder provoque la polémique en différenciant les classes d’âge.

Histoire de monétiser ses utilisateurs, l’application mobile de rencontres américaine par géolocalisation Tinder a lancé ce lundi Tinder Plus, une version payante de son service.

Si le fait que cette nouvelle version soit payante ne dérange pas outre mesure, la polémique est causée par le fait que le prix varie selon l’âge. En effet, les utilisateurs de moins de trente ans paieront 9,99 dollars par mois alors que ceux de plus de trente ans devront débourser 19,99 dollars par mois.

Selon une porte-parole de Tinder, le prix de l’abonnement débute à 2,99 dollars dans certains pays émergents.
Les critiques mettent en avant que cette grille tarifaire est une sorte de discrimination. Face à cette accusation, Tinder rétorque que sa politique des prix n’est pas différente de celles d’autres offres, par exemple Spotify qui propose un prix pour les étudiants.

Hormis cet aspect tarifaire, il faut noter que Tinder Plus se démarque par de nouvelles fonctionnalités, comme par exemple la fonction « Annulez – revenez » qui permet de récupérer le dernier profil accidentellement rejeté. La fonction « Passport » permet quant à elle de changer son emplacement pour correspondre avec des gens partout dans le monde.

Pour ceux qui ne connaissent pas Tinder, il s’agit d’une application de rencontres qui se base sur la géolocalisation de l’utilisateur pour lui proposer des profils susceptibles de lui plaire.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne étude en dit plus sur la taille des pénis
Article suivantAvec Paydiant, PayPal vise le commerce physique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here