ToughPad 4K : Panasonic dévoile une tablette 20 pouces pour les professionnels

Avec son écran 4K de 20 pouces, la nouvelle tablette numérique ToughPad 4K de Panasonic vise les professionnels avec un terminal hors du commun.

Si les tablettes numériques pouvaient être qualifiées de qualitativement trop limitées pour les besoins des professionnels de l’industrie, de la santé, de l’architecture ou encore de la photographie, cela ne sera pas le cas de la ToughPad 4K.

En effet, avec son écran 20 pouces en 4K, soit une définition de 3840 x 2560 pixels, pour une densité de 230 pixels par pouce, la ToughPad 4K peut s’avérer idéale pour l’affichage de modélisations 3D ou pour les applications CAO. Sa dalle IPS alpha est pu énergivore tout en proposant une surface tactile multipoints.

Capable de détecter chaque pixel individuel de l’écran de la tablette, le système requiert idéalement un stylet actif sensible à 2048 niveaux de pression. De fait, Panasonic affirme que la ToughPad 4K offre la même sensation d’écriture que du papier pour dessiner à main levée.

En interne, son processeur Intel Core i5-3437U vPro cadencé à 1,9 GHz est épaulé par 4 Go de RAM et un moteur graphique Nvidia GeForce GT 745M. En option, il est aussi possible d’opter pour un processeur i7 ou une puce graphique Nvidia Quadro.

Hormis cela, la ToughPad 4K est encore équipée d’un port USB 3.0, d’un lecteur de cartes SDXC, d’une prise casque, d’une une caméra frontale de 1280 x 720 pixels, d’un disque SSD de 256 Go, du Wi-Fi, du Bluetooth et d’un lecteur de cartes à puces en option.

Fonctionnant sous Windows 8.1, la coque en fibre de verre et alliage de magnésium est particulièrement résistante.

Disponible à partir de janvier 2014, Panasonic va proposer cette ToughPad 4K hors du commun à un tarif tout autant hors du commun vu que son prix démarrera à 4 485 euros.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentÉcran incurvé : un iPhone en 2014 ?
Article suivantiPad Mini Retina : vente ou pas vente dès aujourd’hui ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here