Tous les accessoires tiers ne sont pas bons pour l’iPhone 6 Plus

Opter pour des optiques tierces ou des coques métalliques pour son iPhone 6 Plus n’est pas forcément un bon plan.

Tous les accessoires tiers ne sont pas bons pour l’iPhone 6 Plus, c’est ce qu’affirment plusieurs témoignages d’utilisateurs publiés sur les forums. Il s’agit notamment de l’utilisation d’optiques tierces et de coques métalliques.

Grâce à l’intégration d’un système de stabilisation optique plus avancé, l’appareil photo de l’iPhone 6 Plus est plus performant que celui de l’iPhone 6. C’est notamment dû à un petit moteur servant à déplacer l’optique pour contrebalancer les mouvements de l’appareil et le stabiliser.

Alors que le système d’Apple fonctionne avec le magnétisme, le fait d’utiliser une optique tierce qui se fixent sur l’optique de l’iPhone par un système magnétique peut poser problème, par exemple provoquer des effets indésirables tels que flou, distorsion, etc. sur les photos et les vidéos.

Les boiter métalliques ayant également un effet sur le magnétisme, la prudence est également de mise avec ce genre de produits tiers.

Il est par ailleurs bon de préciser que la puce NFC qui équipe les nouveaux iPhone 6 utilise également le magnétisme fait remarquer le site9to5mac. De fait, ces mêmes accessoires tiers (optiques tierces ou coques métalliques) peuvent également produire des interférences avec le processus de transactions d’Apple Pay.

La situation serait d’ailleurs suffisamment délicate pour qu’Apple envoie une note aux fabricants sous licences MFi (Made for iPhone) pour qu’ils ne proposent pas/plus ce genre d’accessoires.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEnvironnement Électronique : de la domotique qui ne fait pas « acné murale »
Article suivantApple : une pub de fin d’année toute en émotion

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here