Toute la presse féminine salue les bracelets Hermès pour l’Apple Watch

Enfin une smartwatch que l’on peut porter, c’est en résumé ce que dit toute la presse féminine est parlant des bracelets Hermès pour l’Apple Watch.

Depuis que l’on parle de l’Apple Watch, la marque à la pomme n’a jamais caché son ambition de positionner sa montre connectée en tant qu’accessoire vestimentaire de luxe. Mercredi soir, la firme de Cupertino a frappé les esprits dans ce sens en annonçant des bracelets Hermès.

En effet, hormis un cadran exclusif, l’Apple Watch Hermès sera proposée avec trois bracelets du célèbre maroquinier français : le Simple tour, fauve ou noir pour les boîtiers 38 mm et 42 mm, capucine pour les boîtiers 38 mm, le Double tour en fauve, étain, capucine et bleu jean pour les montres 38 mm, et la Manchette fauve, pour les boîtiers 42 mm. Le tout étant bien évidemment proposé dans la célèbre boîte orange de la maison de luxe.

Officiellement, les prix n’ont pas encore été annoncés. Le site américain d’Apple indique pourtant déjà que le Simple tour sera vendu 1 100 ou 1 150 dollars selon le format de la montre, le Double tout 1 250 dollars et la Manchette 1 500 dollars.

Cela peut sembler cher, mais une montre siglée Hermès coûte en moyenne près du double !

« Apple et Hermès font des produits très différents, mais ils illustrent tous deux une profonde appréciation pour la qualité du design », a déclaré Jonathan Ive.

Choisir Hermès est un excellent choix fait par Apple vu que toute la presse féminine, du prestigieux Harper’s Bazaar aux États unis à Elle en France, salue unanimement cette alliance.

Il faut encore préciser que l’Apple Watch Hermès sera disponible à partir du 5 octobre dans les deux boutiques parisiennes de Hermès, aux Apple Store Opéra et du Louvre, ainsi qu’à l’Apple Watch Store des Galeries Lafayette.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAndroid : Lollipop grignote des parts de marché
Article suivantApple lancera OS X El Capitan le 30 septembre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here