Toyota annonce le lancement de la Mirai dans d’autres pays européens

Au travers de son objectif stratégique « Toyota Environmental Challenge 2050 », l’ambition de Toyota est de réduire les émissions de CO2 de 90% en 2050 par rapport aux niveaux de 2010. C’est pour cette raison que le constructeur japonais fait le forcing sur les voitures hybrides, mais aussi la raison qui le pousse à opter pour des technologies plus innovantes, comme la pile à hydrogène qui équipe la Mirai.

Cela plus de vingt ans que Toyota travaille sur les piles à combustible, ce qui lui a permis de proposer la première berline à hydrogène au monde. Grâce à l’utilisation de l’hydrogène, l’eau est la seule chose qu’elle rejette. Comparativement à une voiture traditionnelle, son plein de dure qu’environ 3 minutes et lui permet de parcourir environ 500 km.

C’est en décembre 2014 que Toyota a lancé la commercialisation de la Mirai, au Japon pour commencer. Depuis, le constructeur ouvre régulièrement de nouveaux marchés. La voiture à hydrogène est ainsi proposée aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et au Danemark depuis 2015. Cette année, elle est déjà arrivée en Belgique et sera prochainement disponible aux Pays-Bas. Il est désormais aussi prévu que la berline soit proposée en Suède et en Norvège. Si Toyota ose proposer la Mirai dans ces deux nouveaux pays, c’est parce que le constructeur est confiant sur les capacités de la voiture à pouvoir rouler même en cas de très basses températures.

On peut bien évidemment se poser la question de la commercialisation de la Mirai en France. Si ce n’est toujours pas à l’ordre du jour, c’est avant tout parce qu’il faut qu’une infrastructure de stations-service existe. Dans le cas de la Norvège, c’est l’engagement par deux fournisseurs locaux d’installer plus d’une vingtaine de stations-service dans le pays d’ici 2020 qui a poussé Toyota à proposer la voiture sur ce marché.

Toyota est parfaitement conscient que la Mirai est une voiture d’avenir, qu’elle ne sera pas vendue en très grande quantité. Les prévisions prévoient la vente dans le monde entier de 3 000 exemplaires en 2017, mais 30 000 unités en 2020, soit dix fois plus lorsque la mentalité des acheteurs aura évolué vers l’adoption de véhicules plus écologiques.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDes livraisons de repas en France, c’est ce que propose Uber avec son appli UberEats
Article suivantBuild 2016 : entre Windows 10, Xbox et HoloLens, Microsoft parle robots !

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here