Toyota : des durites en biohydrine pour réduire les émissions de CO2

La biohydrine est un caoutchouc produit à partir de biomatériaux d’origine végétale, un matériau issu de la biosynthèse et conçu lors d’une collaboration entre Toyota, Zeon Corporation et Sumitomo Riko. Comparativement, le caoutchouc conventionnel est composé d’épichlorohydrine.

Qu’est-ce que la biohydrine apporte concrètement ? Simplement le fait qu’elle est produite à partir de plantes, des plantes absorbent le CO2 de l’atmosphère pendant leur croissance. Dès lors, par rapport au caoutchouc conventionnel, cette biohydrine devrait réduire d’environ 20 % les émissions de carbone du matériau au cours de son cycle de vie par rapport au caoutchouc classique à base d’hydrine dérivée du pétrole.

Cet aspect écologique a séduit Toyota vu que le constructeur japonais a décidé d’équiper ses premiers véhicules dès le mois de mai avec des durites en biohydrine, une première pour un constructeur automobile. D’ici la fin de l’année, tous les sites de production du Japon fabriqueront des véhicules avec ces durites.

Pour remplacer les durites en caoutchouc traditionnel, les durites en biohydrine pour le moteur et la transmission doivent supporter sans faillir l’huile et la chaleur. C’est précisément parce ce que la résistance exceptionnelle de l’épichlorohydrine offre. Grâce à différentes techniques pour lier à l’échelle moléculaire des matières d’origine végétale et dérivées du pétrole, la biohydrine issue offre le niveau de résistance à l’huile, à la chaleur et la longévité indispensables aux durites de capteur de dépression présente dans les moteurs et les transmissions. Ce matériau se prête aussi bien à la production de masse.

À l’avenir, Toyota compte étendre l’usage de la biohydrine à d’autres composés caoutchoutés hautes performances, comme les durites de freins et d’alimentation en carburant. L’arrivée du caoutchouc de biohydrine fait partie des objectifs environnementaux que s’est fixés Toyota dans le cadre de son programme « Toyota Environmental Challenge 2050 », une feuille de route exhaustive par laquelle le constructeur automobile japonais compte contribuer activement au développement durable de la planète. Dans ce but, il continuera de développer et de commercialiser des technologies innovantes dans le but d’être toujours plus écologique.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGrâce à une fusée Soyouz, Arianespace met en orbite 2 satellites
Article suivantPhysarum polycephalum : une seule cellule, mais capable d’apprendre

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here