La Toyota Prius de 4e génération compte conquérir la France

Après le succès rencontré par la troisième génération de la Prius, est-ce que les Français seront séduits par la quatrième génération de la berline de Toyota ? Une chose est en tout cas certaine, la voiture a passablement évolué.

Avec 3,5 millions de Prius vendues dans le monde, Toyota s’est positionné sur le créneau du constructeur automobile à la pointe de l’innovation et de la technologie. Au fil des générations, l’hybride fait de plus en plus d’adeptes. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre l’exemple de la France. Près de 40 000 Prius ont été vendues, dont la moitié sont de la troisième génération.

Alors que la quatrième génération de la Prius arrive, la question qui se pose est de savoir si la berline hybride de Toyota va autant séduire les Français. La réponse est certainement oui. Pour cause, le nouveau modèle a passablement évolué dans le but de réduire encore plus son empreinte carbone et d’améliorer son efficacité routière.

Pour expliquer son nouveau design, Toyota avoue « avoir laissé le vent sculpter les formes ». Cela lui donne des lignes toujours aussi déroutantes. Avec son capot très plongeant, un sommet du pavillon avancé de 170 mm et abaissé de 20 mm, mais aussi un becquet arrière abaissé de 55 mm, le coefficient aérodynamique de la nouvelle Prius a été abaissé à un Cx de 0,24, ce qui est remarquable.

L’intérieur s’inspire de la Mirai. On retrouve un écran tactile au milieu de la console, une casquette centrale regroupant l’instrumentation, mais aussi un affichage tête haute. Le supplément de longueur de 60 mm, tout comme l’installation des occupants plus bas, procurent plus de place, y compris au coffre.

Grâce à l’amélioration du rendement du 4-cylindres 1,7 l de 98 ch, la consommation moyenne baisse encore. Elle n’est que de 3 L/100 km pour des émissions qui baissent bien évidemment. Le bloc essence est associé à un module électrique qui profite des progrès réalisés dans les domaines de l’électronique de puissance et du refroidissement. Ainsi, sa batterie se recharge plus rapidement lors des phases de décélération et de freinage, ce qui permet de rouler plus souvent en électrique qu’auparavant.

La Prius n’est pas une sportive. Pourtant, grâce à la nouvelle plateforme TNGA, sa rigidité a été renforcée de 60%, son centre de gravité abaissé de 25 mm, des améliorations qui lui donnent une agilité inconnue jusqu’à présent. En ajoutant une amélioration de l’insonorisation, son confort a aussi été revu vers le haut.

La quatrième génération de la Prius n’a véritablement plus rien à voir avec la précédente dans la métamorphose est importante. Pour ce modèle, Toyota a réussi le tour de force de gommer toutes les imperfections des versions précédentes. En sachant tout cela, il est certain qu’elle va séduire de très nombreux Français.

toyota-prius-ukdrive-01

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInterdiction des ventes d’iPhone à cause d’un brevet ?
Article suivantCrise à Sciences-Po Lyon, son directeur démissionne

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here