Toyota sur les routes de France avec le Team Direct Energie

Toyota France est partenaire du Team Direct Energie pour la deuxième saison consécutive

Sept voitures Toyota et Lexus accompagnent les coureurs du 1er au 23 juillet sur l’épreuve cycliste la plus célèbre du monde.

Partie samedi 1er juillet de Düsseldorf, en Allemagne, l’équipe cycliste Team Direct Energie est sans conteste l’une des plus populaires, réputée pour les coups d’éclat et les victoires d’étapes de ses coureurs. Pour sa dernière sortie en compétition, son leader Thomas Voeckler est accompagné de Sylvain Chavanel, Lilian Calmejane, Adrien Petit, Romain Sicard, Perrig Quéméneur, Angelo Tulik, Thomas Boudat et Yohann Gène.

Déjà associé au Team Europcar en 2015, Toyota France a poursuivi son partenariat avec l’équipe dirigée par Jean-René Bernaudeau lorsqu’elle est devenue Team Direct Energie en 2016. Toyota France met à disposition sur toute la saison une flottes de véhicules des marques Toyota et Lexus, dont sept suivent les coureurs jusqu’à l’arrivée dimanche 23 juillet sur les Champs-Élysées : trois Toyota Avensis, deux Toyota Prius +, un Toyota Proace et un Lexus RX 450 h.

« Nous sommes très heureux et fiers de partir sur les routes du « plus grand stade du monde » au volant des véhicules du leader de l’hybride, dans le plus grand respect du public et sous les yeux de plus de 12 millions de téléspectateurs ! », s’enthousiasme Jean-René Bernaudeau, manager du Team Direct Energie.

« Le Team Direct Energie porte haut la passion du cyclisme et ses valeurs », déclare Didier Gambart, président de Toyota France. « Toyota se reconnait dans l’esprit de combativité, d’endurance, de performance et de solidarité entre coureurs qui caractérise l’équipe. Nous sommes très fiers de les accompagner et leur souhaitons de beaux succès sur cette épreuve. »

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentToyota lance la campagne « l’hybride pour tous ! »
Article suivantPour l’été, SFR propose la musique en illimité
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here