Accueil » Technologie » TPO.com : le fondateur de Wikipédia lance un réseau social pour faire des dons

TPO.com : le fondateur de Wikipédia lance un réseau social pour faire des dons

C’est dans le but que les gens peuvent plus facilement faire des dons à des œuvres caritatives que Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia, a lancé le réseau social TPO.com.

C’est en partenariat avec l’opérateur britannique The People’s Operator (TPO) que Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia, a lancé le réseau social TPO.com. La vocation de ce nouveau réseau social est de faciliter les dons aux œuvres caritatives.

Jimmy Wales explique que les réseaux sociaux existants traitent leurs utilisateurs comme des produits qui peuvent être vendus à des annonceurs plutôt que des personnes normales, au point que le public deviendrait sceptique au sujet de l’utilisation de leurs données personnelles.

« Nous voulons répandre une vague de bonté à travers le monde qui profiterait à des millions de personnes. La Communauté TPO est conçue comme un espace qui fonctionne pour que les gens croient et s’unissent pour des causes qui leur tiennent à cœur ».

Concrètement, 10% de la facture des clients sera reversées à l’œuvre caritative de son choix.

TPO.com est désormais disponible aux États-Unis et au Royaume-Uni, par le biais d’offres de forfaits téléphoniques très agressifs.

Niveau fonctionnement, TPO.com s’est inspiré de Twitter. Le service permet de publier un message, de l’accompagner d’une photo, et de s’abonner aux flux de mises à jour de certains membres ou certaines organisations. Les sujets populaires listés sous la forme de mots-clés sont aussi présents.

Dépourvu de publicité, le site propose un annuaire d’œuvres caritatives qu’il est possible de suivre.

Alors qu’il nécessite que les utilisateurs changent d’opérateur téléphonique pour fonctionner, TPO.com s’annonce presque trop compliqué pour séduire les grandes foules. L’idée de soutenir des œuvres caritatives est pourtant bonne, il faut juste réussir à convaincre, ce qui ne sera pas évident.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]

Ça pourrait vous intéresser

Wikipédia ne tolère pas le « vandalisme » du ministère de l’Intérieur

L’encyclopédie en ligne Wikipédia ne tolère pas le « vandalisme » pratiqué sur ses articles. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *