Twitpic : sauvé in extremis par… Twitter

Contraint de fermer ses portes par Twitter, Twitpic n’est pas encore mort vu que le service d’hébergement de photos vient d’être sauvé in extremis par le service de microblogging.

twitpic-sauve-in-extremis-twitter

Quel sera l’avenir du service d’hébergement de photos Twitpic ? Bien malin qui peut le dire aujourd’hui tant les rebondissements sont aussi nombreux qu’inattendus.

Fondé en 2008 pour pouvoir héberger des photos pour les utilisateurs de Twitter, Twitpic est entré en litige avec le service de microblogging pour une histoire de nom, un différend légal autour de sa marque déposée. Faute d’avoir pu trouver une entente, Twitpic avait annoncé une première fois sa fermeture…

L’annonce d’un mystérieux repreneur a par la suite relancé Twitpic. Pourtant, quelques semaines, rebelote, le service d’hébergement de photos annonce sa fermeture définitive pour le 25 octobre, son repreneur ayant décidé de jeter l’éponge.

Alors que l’avenir de Twitpic semblait scellé, c’est finalement Twitter qui s’en est mêlé tel au sauveur. C’est en indiquant ne pas avoir pu conserver son indépendance face à un géant comme Twitter que l’on apprend que les deux sociétés ont finalement trouvé un accord.

Désormais, le nom de domaine Twitpic et toutes les archives photographiques déjà en ligne ont été transférés à Twitter, ce qui permet « aux photos et liens de rester actifs pour l’instant ». Toutefois, les utilisateurs ne peuvent plus stocker de nouvelles photos alors que les applications iOS et Android du service ont été retirées.

Alors que Twitpic n’est pour finir pas mort ce 25 octobre, qu’en est-il de son avenir ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFTTH : Bouygues Telecom s’aligne au 1 Gb/s
Article suivant3 jours de blackout total : un canular collé à la NASA

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here