Twitter bloque l’accès au site Politwoops

Le site Politwoops listait les tweets supprimés par les politiciens dans une trentaine de pays. Son accès est désormais bloqué par Twitter.

C’est en 2010, aux Pays-Bas, que la fondation Open State lance Politwoops, un site listant les tweets supprimés par les politiciens dans une trentaine de pays.

Grâce à Politwoops, les journalistes peuvent puiser dans une mine d’informations : les tweets supprimés qui peuvent être source d’embarras pour les politiciens.

Il y a trois mois, Twitter avait mis fin aux activités de Politwoops aux États-Unis. Désormais c’est tout le site qui est bloqué. En fait, la fondation néerlandaise Open State indique que Twitter a bloqué vendredi son accès à une interface de programmation permettant de retrouver les tweets supprimés.

Selon la fondation, le réseau social a indiqué avoir pris cette décision de blocage « en prenant en compte plusieurs facteurs ». « Twitter nous a écrit : « Imaginez comme ce serait stressant, voire terrifiant, si tweeter était quelque chose d’irrévocable. » »

« Supprimer un tweet est l’expression de la voix de l’utilisateur, et aucun utilisateur ne mérite cette capacité plus qu’un autre. », aurait indiqué Twitter. « De temps en temps, nous rencontrons des applications ou des solutions qui enfreignent notre politique à cet égard », a indiqué le réseau social à l’AFP.

« Ce que les politiciens élus disent publiquement est d’intérêt public. […] Même lorsque les tweets sont supprimés, il s’agit de l’histoire parlementaire. », a réagi, le directeur de la fondation Open State.

« Il ne s’agit pas ici de fautes de frappe, mais d’un accès unique à la manière dont les messages de politiciens élus peuvent changer sans que personne s’en rende compte », a-t-il surenchérit.

Il est à préciser que le site Politwoops affiche toujours les tweets supprimés par les politiciens, mais uniquement ceux datant d’avant vendredi.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiOS 8.4.1 : Pangu sort un jailbreak pour la dernière version d’iOS
Article suivant4G : Free Mobile propose 50 Go sans changer le prix

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here