Twitter compte faire mieux que Facebook en bourse

Twitter vient d’annoncer son intention d’entre en Bourse. Cette annonce était attendue, mais elle pose surtout une interrogation au niveau de sa réussite, car tout le monde se rappelle du lancement calamiteux de Facebook.

Twitter vient d’officialiser son projet d’entrer en Bourse, une entrée en bourse très attendue au contour, surtout depuis celle de Facebook. En effet, le lancement bousier du réseau social avait été particulièrement calamiteux avec une chute du titre dès le lendemain de sa première cotation en mai 2012.

Estimée entre 10 et 15 milliards de dollars par les experts, l’entrée en Bourse de Twitter est donc très attendue. C’est dans ce sens que le réseau social se prépare depuis de nombreux mois, ayant déjà levé plus d’un milliard de dollars au cours de tours de table privés, mais surtout en dotant son service d’outils pour monétiser ses millions d’utilisateurs. D’après une estimation d’eMarketer, Twitter devrait ainsi engranger plus de 500 millions de dollars de recette publicitaire cette année, et près d’un milliard l’année prochaine.

Les enjeux de cette entrée en Bourse sont de faire mieux que Facebook, ce qui semble être le cas avec une meilleure préparation. Mais ce qu’il reste à clarifier, c’est la transparence de Twitter, car tout va se jouer sur la crédibilité de ses résultats, mais aussi de sa vision actuelle et future.

C’est ainsi que certains analystes prédisent que cette entrée en Bourse sera un gros succès alors que d’autres sont plus réservés en émettant déjà des réserves sur la transparence de Twitter, comme le fait qu’aucune information n’est disponible sur comment va leur entreprise depuis deux ans.

Alors, est-ce que l’entrée en Bourse de Twitter sera une réussite ou pas ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMotorola : après le smartphone, place à une tablette Android ?
Article suivantJailbreak : iOS 7 est dans le collimateur des hackers
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here