Twitter sur le banc des accusés pour violation de la confidentialité

Est-ce que Twitter espionne le contenu des « Direct Messages » ? C’est ce que des plaignants reprochent au réseau de micro blogging.

Officiellement, Twitter n’espionne pas le contenu des « Direct Messages », les messages privés échangés sur le réseau de micro blogging. Ce n’est pas l’avis d’un utilisateur américain qui a déposé une plainte contre le réseau en l’accusant de lire les conversations personnelles.

Depuis, sa plainte s’est transformée en une action collective qui a été déposée auprès de la cour fédérale de San Francisco. Les plaignants attendent aujourd’hui la désignation d’un juge.

Selon les termes de la plainte, il est reproché à Twitter de scanner les messages à la recherche de liens, pour en modifier l’URL. Concrètement, lorsqu’un lien est identifié, il est réécrit sous la forme « t.co » pour être rattaché au nom de domaine de Twitter. Cette opération viserait à signaler à la cible que la visite provient de Twitter, ce qui peut engendrer des applications commerciales vu que le trafic généré est parfois rémunéré.

Les plaignants estiment qu’en parcourant, même de manière automatisée, les messages, Twitter en profiterait pour recueillir des données personnelles sur les utilisateurs dans le but de les réutiliser pour proposer de la publicité ciblée.

Dans les deux cas, les deux méthodes employées en dehors de tout consentement explicite des utilisateurs, pour autant qu’elles soient avérées, représenteraient une violation de la vie privée en vertu des lois fédérales américaines.

Twitter a réagi à ces accusations en contre-attaquant dans la presse américaine pour dire : « Nous considérons que ces accusations sont sans fondement et nous avons l’intention de les combattre ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’Hadopi veut plus rapidement saisir la justice
Article suivantGFXBench dresse une fiche technique du Nexus 6 de Huawei

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here