Ubuntu 12.10 : la version finale de Quantal Quetzal est disponible

Après les versions bêta, l’éditeur Canonical a finalement publié ce jeudi la version finale d’Ubuntu 12.10, baptisée Quantal Quetzal.
Cette distribution finale est dès maintenant téléchargeable. Cette version comprend également, au niveau applicatif, le gestionnaire de courriers Thunderbird 16.01, le navigateur Firefox 16.01, la suite bureautique Libre Office 3.6.2.2, le gestionnaire de photos 0.13.0 et le lecteur audio Rythmbox 2.97.

Avec Quantal Quetzal, la gestion de l’interface graphique Unity a été revue avec Unity 2D qui ne sera proposée qu’aux machines les plus anciennes, sans GPU, alors que les ordinateurs plus performants bénéficieront d’Unity 3D, sans possibilité de choisir la version 2D à cause de problèmes d’incompatibilité.

Ubuntu 12.10 intègre également la prévisualisation des fichiers. D’un clic droit il est dorénavant possible d’afficher des informations sur les applications installées ou celles disponibles au sein de la plateforme de téléchargement. « Les développeurs peuvent y greffer de nouvelles fonctionnalités et on espère que, rapidement, tous les types de fichiers seront disponibles à la prévisualisation », explique Nicolas Barcet, Ubuntu Cloud Manager.

De plus, Quantal Quetzal amorce l’intégration des applications web, comme l’authentification directement intégrée au système pour Twitter, Facebook ou Google.

Ubuntu 12.10 intègre également une fonctionnalité de Bureau à distance directement depuis l’écran de connexion, très pratique en entreprise surtout qu’elle est compatible avec les protocoles ICA des serveurs Citrix, RDP de Microsoft et VMware View.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : le mea culpa de Foxconn pour avoir fait travailler des mineurs de 14 ans
Article suivantPirate Bay : dans le Cloud pour échapper à la police

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here