Un Français va vivre une année (comme) sur Mars

L’homme ne vit pas encore sur Mars, mais s’y prépare. C’est ce que va faire le Français Cyprien Verseux : vivre une simulation d’une année de la vie sur Mars.

Après être passé par l’université d’Evry (Essonne) et l’école d’ingénieurs Sup’Biotech, Cyprien Verseux est un jeune Français qui effectue un stage de fin d’études à la NASA. Lorsque se présente l’opportunité de participer à la plus longue mission de simulation de vie sur Mars, il n’hésite pas une seconde.

C’est ainsi que Cyprien Verseux se retrouve parmi les six personnes sélectionnées pour participer à cette mission de la NASA.

C’est ce vendredi que le jeune Français, âgé de 25 ans, va être enfermé pour 365 jours dans un dôme de 11 mètres de diamètre installé sur un volcan désertique de l’île d’Hawaï, avec les cinq autres participants à cette mission hors du commun.

« Le plus difficile sera de ne jamais être exposé à l’air libre et ne plus sentir le soleil sur ma peau », confie Cyprien Verseux alors qu’il s’attend à passer une année facile à vivre vêtu d’un scaphandre, sans contact direct avec le monde extérieur, nourri d’aliments déshydratés, avec seulement une douche de quelques minutes par semaine …

Malgré tout cela, il est volontaire et très excité. Ses objectifs personnels pour cette mission sont d’apprendre le russe, la salsa et a joué d’un instrument. Il va aussi profiter de l’occasion pour poursuivre ses travaux de recherche sur comment vivre sur Mars.

« Sans exploration, sans découverte, sociétés et individus déclinent. Si on pense à plus long terme, ce sera un premier pas vers la transformation de l’humanité en une espèce multiplanétaire », prévoit le Français.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentFacebook annonce plus de 1 milliard d’utilisateurs connectés le même jour
Article suivantWindows 10 : déjà plus de 75 millions d’installations

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here