Un gigantesque trou noir qui remet en cause les théories d’astrophysique

La découverte d’un trou noir, d’une masse 12 milliards de fois supérieure à celle de notre Soleil, remet en cause les théories d’astrophysique actuelles.

Les trous noirs sont des objets de l’espace si massifs que leur gravité absorbe tout, y compris la lumière. Paradoxalement, pour les découvrir, les chercheurs utilisent le quasar, c’est-à-dire la lumière et l’énergie de la matière qui l’entoure, condensée et accélérée vers le puits de gravité du trou noir.

C’est de cette façon que SDSS J0100+2802 a été découvert, un trou noir supermassif situé à une distance de 12,8 milliards d’années-lumière de la Terre. Sa masse est 12 milliards de fois supérieures à celle de notre Soleil. Les scientifiques datent son apparition à 875 millions d’années après la naissance de l’Univers.

« C’est le plus gros monstre jamais observé en terme de luminosité », explique Avi Loeb, le responsable du département d’astronomie d’Harvard.

Xue-Bing Wu, de l’université de Pékin et principal auteur de l’étude, s’interroge : « Comment est-ce possible qu’un trou noir aussi énorme puisse exister en si peu de temps ? ».

En effet, la découverte de ce trou noir particulièrement massif et plutôt jeune par rapport au Big Bang originel surprend et intrigue la communauté scientifique. En fait, par ses caractéristiques, SDSS J0100+2802 remet en cause les théories d’astrophysique actuelles qui expliquent la croissance de ces « monstres ».

« Difficile à interpréter avec les théories actuelles », confirme Fuyan Bian, de l’Australian National University et co-auteur de l’article paru dans la revue Nature.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentNudité : Google veut censurer ses blogs
Article suivantMattel : une poupée Barbie connectée… qui espionne

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

3 Commentaires

  1. La théorie dominante est qu’il n’y a eu qu’un seul bigbang.

    Dans le cas contraire, ce trou noir pouvait exister avant le bigbang qui nous concerne. On pourrait même supposer que ce trou noir a grossi tout en se contractant depuis jusqu’à former un autre bigbang quand la quantité maximale possible de matière a été atteinte.

  2. Un trou noir est bien une étoile qui a éjecté sa matière dans un sursaut gamma avant de s’effondrer sur elle-même non ?
    Pourtant il y avait des étoiles 1 milliard d’années après le big bang et je ne vois pas pourquoi certaines d’entre elles ne se seraient pas transformées en trou noir à cette époque. Enfin, je ne suis pas scientifique et je peux me tromper…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here