Un œil bionique pour rendre la vue aux personnes atteintes de dégénérescence rétinienne

Grâce à un implant dans la rétine, des personnes atteintes de dégénérescence rétinienne peuvent retrouver la vue.

La dégénérescence rétinienne est une maladie qui touche 13 000 personnes rien qu’au Canada. Elle se caractérise par la mort progressive des cellules de la rétine.

Un implant dans la rétine active les cellules restantes, grâce à des décharges électriques, et génère une perception visuelle pour le patient. Une paire de lunettes connectée à l’implant permet alors de recréer certaines images simples, par exemple pour localiser des personnes, reconnaitre des formes ou identifier un seuil de porte.

C’est le centre hospitalier Maisonneuve-Rosemont de Montréal qui est le premier au Québec à implanter la prothèse Argus II.

Pour l’heure, la technologie ne permet que de voir en noir et blanc. La couleur pourrait arriver à l’avenir. « C’est comme si on était revenus à l’étape de la télévision en noir et blanc. Tranquillement, on va allers vers le 4K, ne vous en faites pas », a confié Flavio Rezende, le chef du département d’ophtalmologie de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

« Avec cette technologie, on va leur permettre de se réengager dans la société. Nos patients peuvent marcher sans aide et il y a même quelqu’un en Hollande qui a appris à faire du ski », ajoute le Dr Rezende.

Pour cette opération, les coûts sont évalués à 150 000 dollars.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentGoogle Glass 2.0 : plus solides, résistantes à l’eau et pliables
Article suivantPluton : New Horizons révèle la forme des lunes Nix et Hydre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here