Une grenouille « Transformer » capable de se métamorphoser en 330 secondes

C’est en Équateur que la grenouille Pristimantis mutabilis a été découverte, une grenouille « Transformer » qui est capable de se métamorphoser en 330 secondes.

Pour faire disparaître les protubérances et rugosités de sa peau pour la rendre lisse et glissante, il ne faut que 330 secondes à grenouille Pristimantis mutabilis. Il s’agit en fait d’une grenouille « Transformer » qui est capable de modifier son apparence.

Cette petite grenouille a été découverte en 2009 dans les hautes forêts andines de l’Équateur. Son existence vient seulement d’être rendue publique par la revue britannique Zoological Journal of the Linnean Society. Sa découverte avait été faite par les scientifiques américains Tim et Katherine Krynak, dans la réserve Las Gralarias, à environ 35 kilomètres à l’ouest de Quito.

La Pristimantis mutabilis est l’unique espèce de vertébré répertoriée à ce jour capable de faire disparaître les protubérances et rugosités de sa peau pour la rendre lisse et glissante, le tout en seulement 330 secondes. « C’est une rareté. On a déjà noté que des reptiles pouvaient changer de couleur de peau, comme les caméléons, mais nous n’avions jamais observé des changements si notables de texture », a expliqué le biologiste Juan Manuel Guayasamin, à la tête d’une équipe de chercheurs de l’université technologique indo-américaine d’Équateur.

Cette grenouille mesure moins de 2,5 centimètres de long. Elle change certainement d’apparence pour échapper à ses prédateurs, ainsi, elle se fond avec son habitat constitué de mousse. A l’heure actuelle, on n’a recensé que sept spécimens.

La grenouille Pristimantis mutabilis se caractérise également par un large répertoire de chants.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUE : le dossier Google pourrait rebondir prochainement
Article suivantUber contre-attaque en portant plainte

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here