Une méthode pour différencier les ADN de vrais jumeaux

L’empreinte génétique des jumeaux monozygotes est identique. Des scientifiques ont mis au point une méthode qui permet de les différencier.

Comme les jumeaux monozygotes possèdent la même empreinte génétique, cela pose un gros problème de différenciation pour les experts en médecine médico-légale. Cet obstacle vient de tomber grâce à la mise au point d’une nouvelle méthode pour différencier les profils.

En fonction des différences de mode de vie, des mutations génétiques peuvent s’opérer au fil du temps et finir par différencier l’empreinte génétique de deux jumeaux monozygotes. Mais cette méthode de différentiation de mutations génétique était très coûteuse.

Des chercheurs britanniques de l’université d’Huddersfield ont mis au point le « high resolution melt curve analysis » (HRMA). Cette méthode consiste à faire fondre l’ADN des sujets. En effet, les brins d’ADN semblent fondre à différentes températures, ce qui permet de différencier les individus.

Le docteur Graham Williams explique que « Le HRMA fait subir à l’ADN des températures de plus en plus fortes jusqu’à ce que les liaisons hydrogène se rompent. Plus il existe de liaisons hydrogènes dans l’ADN, plus la température doit être élevée pour les faire fondre. »

Il précise que l’ADN de jeunes jumeaux et d’adultes qui partagent le même mode de vie « peut rester indifférenciable même par l’HRMA ». Il ajoute aussi que sa méthode nécessite d’avoir en sa possession des échantillons ADN de très bonne qualité, ce qui n’est pas toujours le cas sur des scènes de crime.

« Nous avons cependant opéré une avancée considérable en vue d’un test rapide et bon marché qui permettra aux experts médicaux légaux de différencier les jumeaux identiques », conclut le Dr Williams.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentFacebook : Messenger a droit aux appels vidéo
Article suivantOrange : recrutements positifs pour ses principaux secteurs d’activité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here