Une personne sur cinq dans le monde utilise un appareil sous Android

La conférence de Google a été l’occasion pour le géant internet de fournir quelques chiffres, notamment qu’un cinquième de la population mondiale utilise un appareil qui fonctionne avec le système d’exploitation Android.

C’est mardi soir que Google a fait son show en présentant ses nouveaux Nexus, une nouvelle version de son Chromecast, ainsi que plusieurs autres nouveautés. À cette occasion, Sundar Pichai, le PDG de Google, a fourni plusieurs chiffres intéressants.

C’est en préambule au lancement d’Android 6.0 Marshmallow que Sundar Pichai a par exemple indiqué qu’il y a plus de 1,4 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde qui utilisent un appareil sous Android, soit une personne sur cinq dans le monde.

C’est en soulignant une forte croissance en Asie du Sud-Est, notamment en Indonésie, au Vietnam et en Thaïlande, qu’Android touche désormais autant de personnes.

Le principal fabricant d’appareils sous Android est bien évidemment Samsung. Mais d’autres fabricants commencent à avoir une importance significative en Asie, par exemple Xiaomi, Micromax, et OnePlus.

Si cette situation est bien évidemment une excellente nouvelle pour Google, il s’avère que tout n’est pas rose non plus pour la firme de Mountain View.

La Chine et son immense réservoir d’utilisateurs potentiels sont un des problèmes de Google qui ne peut pas y proposer son Play Store.

La montée en puissance de Cyanogen est aussi un souci. Pour l’heure, cette alternative donne toujours accès au Play Store, mais jusqu’à quand ? Le jour où Cyanogen proposera ses propres services, cela se traduira par un manque à gagner pour Google.

À cela, il ne faut pas oublier non plus les enquêtes lancées contre Android au sujet d’un possible abus de position dominante, que cela soit en Europe ou en Russie notamment, mais aussi aux États-Unis.

Si tous ces points d’ombre ne devraient pas stopper la croissance d’Android, ils pourraient par contre réduire les recettes de Google.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTwitter : passage aux tweets de plus de 140 caractères ?
Article suivantKelly Brook, Armin van Buuren … ces célébrités qui attirent les internautes sans méfiance

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here