Une vision parfaite grâce à des lentilles bioniques

Pour autant que la lentille d’Ocumetics Technology soit aussi parfaite que prétendue, elle rendra obsolètes les lunettes, les lentilles de contact et même les techniques d’opération au laser.

Est-ce que les porteurs de lunettes et de lentilles de contact pourront un jour s’en passer ? C’est ce que promet Ocumetics Technology grâce à ses lentilles bioniques. « S’émanciper des lunettes et lentilles de contact, cet objectif est maintenant devenu une réalité », déclare la firme canadienne.

Le docteur Garth Webb, un optométriste canadien, a travaillé pendant huit ans sur ce projet. Il affirme qu’il s’agit de « la plus grande amélioration de la vision que le monde ait connue ». Ocumetics Technology prétend que ses lentilles bioniques offrent à tous une vision trois fois supérieure à tout ce qui existe.

Pour poser cette lentille, la firme canadienne affirme avoir mis au point une procédure de huit minutes permettant d’équiper les gens de lentilles bioniques. D’une manière similaire à la chirurgie de la cataracte, la procédure consiste à enlever le cristallin naturel et à le remplacer par la lentille bionique. Pliée dans une seringue, dans une solution saline, elle est directement injectée dans l’œil.

Le Dr Garth Webb se garde d’expliquer le fonctionnement de la lentille. Il précise qu’elle serait également apte à empêcher les gens de développer des cataractes. Il affirme par ailleurs avoir reçu un accueil enthousiaste de la part d’éminents ophtalmologistes, à San Diego le mois dernier.

Alors que cette lentille bionique d’Ocumetics Technology pourrait rendre obsolètes les lunettes, les lentilles de contact et même les techniques d’opération au laser, elle ne devrait être commercialisée qu’à partir de 2017.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYahoo! Tech France : un premier magazine en ligne en français
Article suivantBMW : un concept 3.0 CSL Hommage qui préfigure l’avenir

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here