Véhicule autonome : les inquiétudes du FBI

La prochaine arrivée des véhicules autonomes crée des inquiétudes chez le FBI, l’agence gouvernementale américaine y voit une grosse menace.

C’est dans un rapport internet publié par le Guardian que l’on apprend que le FBI nourrit de grosses inquiétudes vis-à-vis des véhicules autonomes. Pour l’agence gouvernementale américaine, ces voitures pourraient se transformer en « armes mortelles ».

Le document du FBI explique par exemple que « Les véhicules autonomes auront un impact important à la fois concernant l’application de la loi et dans les pratiques que ses opposants peuvent adopter avec une voiture ».

Évoquant le fait qu’il ne sera plus nécessaire de regarder la route ou de tenir le volant, le FBI imagine une situation comme une course-poursuite où le criminel pourrait plus facilement profiter de la situation pour tirer sur les forces de l’ordre.

Si les craintes du FBI peuvent sembler légitimes, il faut tout de même relativiser la menace vu qu’une course-poursuite, comme évoquée, n’est pas pour tout de suite vu que les véhicules autonomes actuels roulent pour le moment à une vitesse maximum de 40 km/h. Il est aussi vrai qu’à l’avenir… cela pourrait aller un peu plus vite.

Il est tout de même bon de préciser que le FBI ne voit pas tout en noir au sujet des voitures autonomes, l’agence considérant que ce genre de véhicule devrait contribuer à la réduction du nombre d’accidents et d’effractions de la route.

Une chose est en tout cas certaine, avec un tel rapport, tous les aspects de la mise en circulation des véhicules autonomes seront scrupuleusement examinés avant qu’une autorisation de circuler leur soit attribuée.

Le FBI inquiet à propos des voitures autonomes
Le FBI inquiet à propos des voitures autonomes

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSony veut encore miniaturiser sa puce sans contact Felica
Article suivantEntente illégale sur les e-books : Apple pourrait payer jusqu’à 450 millions de dollars !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here