Vers un internet à deux vitesses aux États-Unis ?

Si l’Europe tente de maintenir la neutralité du net, ce n’est pas le cas des États-Unis où la FCC pourrait prochainement adopter un traitement préférentiel, c’est-à-dire un internet à deux vitesses.

C’est le 15 mai prochain que se jouera la neutralité du net aux États-Unis, c’est à cette date qu’un vote sur les nouvelles règles en matière d’internet proposés par la Federal Communications Commission (FCC), le régulateur américain du net, aura lieu.

À l’opposé de l’Europe qui tente de maintenir la neutralité du net, la FCC remet en question l’accès équitable pour tous en proposant l’instauration d’un traitement préférentiel. Concrètement, moyennant finance, les fournisseurs d’accès pourront proposer de meilleures connexions à ceux qui le souhaitent.

Si une telle mesure est acceptée, cela signifierait le passage à l’internet à deux vitesses aux États-Unis, un internet qui verra d’un côté les nantis comme Google, Facebook, Netflix et autres, face aux petites startups qui n’auront pas les moyens de s’offrir le luxe d’une connexion rapide.

Si cette décision passe, cela signifierait surtout que le lobby des FAI a bien rempli sa mission, car cette décision est tout bénéfice pour eux, vu qu’elle va leur permettre de facturer des services et prestations supplémentaires.

Le seul souci, c’est qu’internet a toujours été voulu comme une plateforme équitable pour tous et que cette décision serait une première brèche dans l’édifice.

Par ailleurs, le petit détail qui laisse à penser que ce projet n’est pas aussi sain qu’il en a l’air, c’est que la FCC précise vouloir préserver la garantie la transparence d’accès aux utilisateurs finaux, ce qui est bien joli, mais signifie quoi exactement ? En effet, comment garantir une qualité de service dorénavant sans passer à la caisse ?

Neutralité du Net : la FCC pourrait autoriser le traitement préférentiel
Neutralité du Net : la FCC pourrait autoriser le traitement préférentiel

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentToyota : petit lifting pour la Yaris
Article suivantSFR : une nouvelle box avec de la domotique en plus

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here