Viber : la gloutonnerie du groupe Rakuten

Après avoir déjà racheté le site d’e-Commerce PriceMinister et le fabricant de liseuses Kobo, le groupe Rakuten annonce l’acquisition de Viber Media, une véritable gloutonnerie dans le monde du High Tech.

Quel est le point commun entre le site d’e-Commerce français PriceMinister, le fabricant canadien de liseuses Kobo, le site espagnol de streaming vidéo Wuaki.tv, le spécialiste américain du marketing d’affiliation LinkShare ? Ils ont tous été rachetés par le groupe Rakuten, le plus grand site de commerce en ligne du Japon avec plus de 50 millions d’utilisateurs enregistrés.

Avec sa stratégie de croissance basée sur les acquisitions, Rakuten grossit très rapidement avec un doublement de son bénéfice net en 2013 à 42 milliards de yens, soit 320 millions d’euros.

Mais visiblement sa gloutonnerie semble sans limites vu que Rakuten vient d’annoncer l’acquisition de Viber Media, l’éditeur de la célèbre application Viber, pour 900 millions de dollars (661 millions d’euros).

En mettant la main sur Viber, concurrent à Skype de Microsoft et à Hangouts de Google, dans la communication sur IP, Rakuten continue à diversifier ses secteurs d’activité dans le High Tech.

Alors que Viber est pour le moment 100% gratuits et sans publicité, que va-t-il advenir de cette application qui permet à plus de 200 millions d’utilisateurs d’appeler, envoyer des SMS, des messages photo et des messages vidéo, en WiFi ou en 3G, aux quatre coins de la planète et sans frais ?

High-Tech : la gloutonnerie du groupe Rakuten
Le groupe Rakuten rachète Viber

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHigh-Tech : les ventes de smartphones surpassent celle des téléphones portables
Article suivantJustice : l’épineux problème des drones

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here