Vidéos en ligne : YouTube et Dailymotion lancent la guerre des studios

Pour les sites de partage de vidéos en ligne, la qualité des productions est synonyme de revenus. C’est dans cette logique que YouTube et Dailymotion lancent la guerre des studios en ouvrant des studios de tournage.

Plus la qualité des vidéos est élevée, plus elles seront susceptibles de générer de l’audience donc, par retombées, plus elles rapporteront des recettes publicitaires. C’est avec cet objectif que YouTube a déjà installé des studios de tournage à Los Angeles, Londres et Tokyo.

Pour YouTube, ces studios sont des espaces de collaboration et de création où tout est gratuit à la condition de diffuser et partager les contenus tournés. C’est ainsi que quelque 2 000 vidéos ont été produites dans les studios YouTube.

Alors que Dailymotion tente de résister à YouTube, le service français ne pouvait pas passer à côté de cette idée des studios de tournage. C’est comme cela que, dans un des arrondissements les plus chers de Paris, Dailymotion a inauguré son premier studio de tournage, un espace de 600 m2.

À l’instar de ce que propose YouTube, tout y est aussi gratuit à la condition expresse de diffuser sur Dailymotion. Il est à préciser que les revenus générés par la publicité seront partagés à parts égales entre les producteurs et Dailymotion.

Si les projets actuellement tournés sont pour le moment choisis par Dailymotion, un portail internet fera prochainement le jour pour réserver son studio en ligne, comme un simple court de tennis.

Cette inauguration lance donc la guerre des studios de tournage, surtout que Dailymotion projette d’ouvrir un second studio à New York durant le premier semestre 2014, une ville qui devrait aussi voir l’ouverture d’un studio YouTube fin 2014.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPRISM : êtes-vous géolocalisé par la NSA ?
Article suivantMarché du mobile : vers une alliance Tizen – Firefox OS ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here